AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 12/10/2012
Messages : 402
Avatar : Hyorin l'impératrice. ♥
Alice : Manipulation des sentiments.
Classe : Deuxième année.

MessageSujet: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Dim 14 Avr - 12:05

Yes, I remember.


Six heures et demie du matin, vous allez me demander pourquoi je me lève aussi tôt chaque matin ? La raison est simple, chaque matin je vais faire du sport. Cela avait beau être le week-end, je faisais quand même du sport (et pas que de chambre). Pour une fois, je n’étais pas motiver. J’avais juste envie de me rendormir, pour vous dire je n’étais même pas motiver pour sortir en soirée ce soir. Je retirais ma grosse couette, oui on avait beau être au printemps, je suis fidèle à ma couette. Mes cheveux étaient en batailles, quant à ma frange, n’en parlons pas. Vous savez tous que je déteste quand ma frange est mal coiffée, n’est-ce pas ? J’allumais la lumière, et ouvrit la fenêtre. Il faisait encore nuit, tant mieux. J’ouvris le tiroir de mon bureau, non je n’avais pas l’intention de faire mes devoirs. Je pris juste quelque chose à manger, j’avais une bonne réserve là-dedans. Un simple sandwich me suffisait, je ne voulais pas prendre de risque, du genre vomir. Je pris mes habits, c’est-à-dire : un pantalon gris, un sweat bleu marine avec des écritures blanches, des baskets assortis à mon sweat et un bonnet également assortis. Je coiffais ma frange et mes longs cheveux bruns, ils étaient légèrement bouclés. Je les attachais en queue de cheval, prit un gilet en laine noir et sortit de ma chambre. Dans les couloirs, il n’y avait vraiment personne, c’était désert. Les surveillants devaient être surement en train de dormir, mais ils savaient que je sortais le matin. De toute façon, je n’avais pas besoin d’autorisation pour aller où je voulais. Je suis la fille du directeur, je vais ou je veux, quand je veux et personne n’a rien à me dire. J’ai un caractère de merde, mais que voulez-vous ? Je ressemble à mon frère, donc c’est de famille. Je mis mon bonnet et attacha ma veste, il faisait frais. Au moins, j’étais sûr que je n’allais pas mourir de chaud. Je pris la direction du stade, j’avais un peu peur d’être toute seule dans le noir, de temps en temps j’allumais mon portable pour me faire de la lumière. Je le rangeais dans ma poche, les lumières du stade étaient déjà allumer, cela devait être aux alentours de sept heure du matin, le soleil allait peut être montré le bout de son nez, qui sait. Une fois arrivé sur la pelouse humide, je posais mon gilet ainsi que mon portable que je mis dans une poche. J’espérais seulement que personne ne vienne me déranger, car je voulais être tranquille. J’allais juste faire des tours de terrains et faire quelques échauffements. J’étirais mes bras et puis me craqua le dos ; depuis ce matin j’avais mal. Il aurait juste fallut que je me craque le dos pour aller bien. Je serais bien mes lacets et commença à faire mes tours de terrains. Je pensais à Gaël, il me manquait. Je ne l’avais pas vu depuis un certain moment, d’habitude je me fichais bien de ne plus le voir. Mais là c’était s’il était devenu important pour moi, je le détestais certes. Mais il a toujours été là pour moi quand il m’arrivait quelque chose et quand un homme me collait de trop près. Au final, je l’aimais bien Gaël, c’est un grand-frère très protecteur. Je ne pouvais pas m’empêcher de me montrer méchante avec lui. Enfin bref. Je commençais à fatiguer et le soleil allait bientôt se lever. J’entendis des bruits de pas, cela devait surement être des animaux. Bon ok, je l’avoue je flippais un peu. Je m’arrêtais et aperçu une silhouette. Elle m’était familière, elle commença à s’approcher : Gaël. Je m’avançais vers lui en lui sortant froidement : « Qu’est que tu fais là ? Dégage. » Même pas de bonjour ni rien et oui, plus désagréable il n’y a pas.
MADE BY BREATH


Spoiler:
 

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code belladone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 30/12/2012
Messages : 36
Avatar : Park Jae Beom ♥
Alice : explosion
Classe : troisième année à l'université

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Dim 14 Avr - 18:39

J’avais passé la nuit dehors. Encore. J’avais l’impression d’être devenu un vrai touriste, aussi bien à l’université qu’au dortoir. Heureusement que j’étais le fils du directeur, sinon mes absences ne seraient pas passées aussi … inaperçues. De plus, mon statut de type dangereux devait sûrement dissuader quiconque de me reprocher quoique ce soit, ne serait-ce que pour rester en entier après une entrevue avec moi. Comme quoi, ma réputation avait quelques avantages non négligeables. Je ne savais pas quelle heure il était lorsque je pénétrais enfin dans l’enceinte de l’établissement. Il devait être assez tôt, puisque je ne pouvais sentir âme qui vive. Tous devaient encore se reposer paisiblement. Je soupirais bruyamment. Qu’est-ce que j’aurais donné pour avoir au moins huit heures de sommeil non-stop, sans aucune mission, ni université, ni colocataire dans ma chambre. Un nouveau soupir s’échappa de mes lèvres, alors que je continuais mon chemin à travers Alice Gakuen. Mes cernes devaient s’étendre à tout mon visage. Aish. En plus, mes vêtements … n’étaient pas vraiment réglementaires. Plutôt pour sortir en boîte en fait.

Durant mon trajet en direction du dortoir, je remarquais que les lumières du stade étaient déjà allumées. Je décidais de jeter un rapide coup d’œil, juste au cas où. Il me semblait me rappeler que Eileen aimait bien les échauffements matinaux. Je montais dans les tribunes et m’asseyais dans un coin sombre, où j’étais invisible aux yeux de tous. Et plus précisément aux yeux de Eileen. Car j’avais raison, c’était bien elle qui utilisait le stade à une heure si matinale. Je me demandais bien pourquoi elle continuait de le faire après toutes ses années. Elle devait avoir des choses tellement plus intéressantes à faire, avec certaines personnes par exemple … Rien que d’y penser me mettait en colère. Ma petite sœur avait tellement changé, que je ne la reconnaissais pas toujours. Il me semblait parfois entrevoir la petite et gentille fille que j’aimais tellement pour l’avoir suivi jusque dans sa famille d’accueil. Mais dès que Leen s’en rendait compte, elle se refermait immédiatement, et notre jeu du chat et de la souris reprenait de plus belle. Je ne pouvais pas me dispenser de la voir, car c’était tout de même ma sœur, et je l’aimais, quoique elle fasse, pour le meilleur et pour le pire. De plus, je m’étais jurée de la protéger, après avoir émergé de ma période sombre, deux ans après mon entrée ici. Toutefois, certains moments exigeaient que j’exerce un véritable self-control pour éviter de trop la blesser. Car oui, il m’était arrivé de la blesser à cause de mon Alice, malheureusement. Et même son Alice ne pouvait rien y faire.

Alors qu’elle enchaînait les tours de terrain, je vis quelque chose tomber d’une de ses poches. Son portable. Je ne pus m’empêcher d’esquisser un léger sourire. Eileen pouvait être tellement tête en l’air parfois : son portable, c’était sa vie. Si elle le perdait, elle s’en remettrait difficilement. Quoique, elle allait sûrement quémander de l’aide à une personne capable de localiser des objets. Je me glissais comme une ombre à travers les tribunes et descendis discrètement sur le terrain, de manière à ne pas me faire remarquer. Je me dirigeais vers ma sœur. Au passage, je ramassais le portable qui gisait par terre, dans l’herbe encore humide. Heureusement qu’il était bien protégé … Je le fourrais rapidement dans la poche arrière de mon pantalon.

J’eus à peine le temps de relever la tête que je vis qu’Eileen s’avançait vers moi, un visage totalement fermé. D’ailleurs, ses premières paroles ne durent pas vraiment tendres : « Qu’est que tu fais là ? Dégage. » Et voilà, elle commençait déjà à monter sur les grands chevaux. Je levais les yeux au ciel, légèrement exaspéré. Si elle me cherchait, elle allait me trouver. Je pris un air tellement faux, que je m’étonnais moi-même de pouvoir réaliser une telle prouesse. « Bonjour Eileen. Ça fait teeeeelllement longtemps que je n’ai pas vu ma petite sœur chérie ! Alors, comment vas-tu ? » Je lui adressais un sourire hypocrite. « Tu es sorti brûler des calories en trop ? Tu as raison ma petite, j’ai failli ne pas te reconnaître tu sais ! » Ajoutais-je finalement avant de secouer la tête en guise de désapprobation. J’avais tellement hâte de voir sa réaction haha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 12/10/2012
Messages : 402
Avatar : Hyorin l'impératrice. ♥
Alice : Manipulation des sentiments.
Classe : Deuxième année.

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Dim 14 Avr - 20:07

Yes, I remember.


Je me rappelais souvent de mon enfance, je courais tout le temps derrière mon frère, j’étais bien mignonne à cette époque. Je le suis encore aujourd’hui, mais moins. J’ai pas mal changé, je le sais. Dès fois, je me dis que j’ai mal agis alors que d’autres fois, je me dis que j’ai bien fait. C’est rare quand on ne s’engueule pas, car j’adore l’ennuyer et faire genre, je n’ai pas besoin de toi. En fait, j’ai vraiment besoin de lui car, c’est le seul membre de ma famille qu’il me reste. Et puis, il était toujours là pour moi, alors que moi à chaque fois je l’envoyais balader. J’aimais bien quand il me protégeait, mais dès fois il est énervant. Je sais qu’il m’aime, mais il en fait vraiment trop. D’ailleurs, être méchante avec lui était de plus en plus difficile. Car, je sais qu’au fond de moi je l’adore, que s’il n’était pas là, rien n’aurait été pareil. Quand je l’aperçu, mon visage se ferma. Je ne voulais pas qu’il sache que je l’ai toujours adoré et que tout ce que je lui disais, je ne le pensais pas. Tout ce que je faisais, c’était pour l’éloigner de moi. Je suis méchante, mais au moins il n’aura pas à supporter une petite-sœur chiante comme moi. Le directeur a toujours rêvé qu’on s’entende bien, mais c’est peine perdu. Je ne ferais pas d’efforts, enfin je ne sais pas. Je n’étais pas très logique comme fille, j’avais peur de le perdre. Mais, sa vie serait meilleure sans moi. Que faire ? Si seulement j’avais le courage de tout lui avouer, mais je n’en suis pas capable. Il était là, en face de moi. Sa présence me mettait mal à l’aise, rien que de voir son visage me stresser. Garde ton calme, tout va bien se passer. Je le regardais dans les yeux, seulement je n’étais pas bien enfin, je ne faisais que me mordre la lèvre. Il savait bien que je faisais cela quand je me sentais mal, en bref j’étais grillée. Je n’avais qu’une envie, c’était de le sérer dans mes bras. Mais je ne pouvais pas, alors je me mit à l’écouter : « Bonjour Eileen. Ça fait teeeeelllement longtemps que je n’ai pas vu ma petite sœur chérie ! Alors, comment vas-tu ? » Tout ceci accompagné d’un magnifique sourire hypocrite. Si j’avais été naïve, je serais tombé dans le panneau. Je savais bien qu’il se foutait de ma gueule, étant très impulsive je n’allais pas tenir très longtemps. « Tu es sorti brûler des calories en trop ? Tu as raison ma petite, j’ai failli ne pas te reconnaître tu sais ! » C’en était trop, je m’avançais vers lui en tenant le col de son t-shirt, petite et faible comme je suis, je n’arriverais à rien. Mon visage était plein de haine, qui bien sûr était de la pure comédie : « Ecoute, tu as intérêt à partit tout de suite avant que cela ne dégénère, compris ? » Ce n’était pas la première fois que je le menaçais de la sorte, je voulais lui faire peur mais en réalité c’est moi qui avait peur de lui et de son alice : l’explosion. Il m’avait déjà blessé, mais rien de très grave. Je sais qu’il fait son maximum pour garder son calme quand il est avec moi, mais je suis une peste jusqu’au bout. Je ferais tout pour qu’il s’énerve contre moi et qu’il me blesse gravement. Comme cela, il s’en voudrait et s’éloignera de moi pour éviter de me blesser. Je sais qu’il n’oserait jamais me toucher, jamais. Il s’ennuierait trop sans sa petite-sœur adoré.
MADE BY BREATH

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code belladone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 30/12/2012
Messages : 36
Avatar : Park Jae Beom ♥
Alice : explosion
Classe : troisième année à l'université

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Lun 15 Avr - 8:45

Suite à mes paroles, le visage d’Eileen changea du tout au tout. La froideur fit place à la haine sur son joli visage. Je savais bien que mes commentaires sur son poids passaient très mal (et pas que les miens d’ailleurs). Pourquoi est-ce que les filles avaient toujours une sorte de complexe concernant leur poids ? C’était assez consternant de constater à quel point leur réaction pouvait être disproportionnée lorsque ce sujet était abordé. De plus, en ce qui concernait Eileen, s’ajoutait au sujet du poids … ma présence. Ma présence suffisait à la mettre en rogne, la pauvre… Je ne savais pas bien si elle se mettait réellement en colère contre moi, ou bien si elle essayait tout simplement de garder une façade à mon égard, car je remarquais souvent, comme à ce moment présent par exemple, la petite se mordait la lèvre. Et je savais pertinemment que cela signifiait qu’elle se sentait mal. Pourtant, cela n’empêcha pas Eileen de s’avancer vers moi, l’air menaçant. À vrai dire, j’avais connu bien pire comme … menace, si on pouvait appeler ça comme ça. Et surtout venant de ma sœur. Je m’efforçais, avec de grandes difficultés, de rester sérieux et de ne pas rigoler, car tout de même, c’était assez hilarant de mon point de vue. Surtout le fait qu’elle s’essaya à me saisir par le col de mon t-shirt. Elle qui m’arrivait à peine aux épaules, et qui n’avait assez de force que pour soulever moins de 10kg. Et elle osait le faire. Intéressant. « Ecoute, tu as intérêt à partit tout de suite avant que cela ne dégénère, compris ? » Encore des menaces en l’air. Je devais avoir entendu cette phrase environ un millier de fois, si ce n’est plus. Elle devrait changer de disque tout de même. Je dégageais la main d’Eileen d’un geste sec de ma main, sans pour autant lui faire mal. Personne ne prenait Kwon Gaël par le col. Même pas sa sœur. Puis je réajustais le col de mon t-shirt pour qu’il reprenne une forme normale, au lieu d’être étiré. Je détestais que mes vêtements soient dérangés, rien qu’un peu. « Ouh, j’ai peur » Dis-je en approchant mon visage du sien, si près que je pouvais sentir son souffle. « Et qu’est-ce que tu vas faire ? Appeler ton harem ambulant ? » Crachais-je avec hargne, en m’éloignant brusquement d’elle. « Ils doivent sûrement être tous dans ta chambre en train de t’attendre, n’est-ce pas ? » Je reculais de quelques pas. Encore un sujet qui fâchait son altesse : son « addiction » aux hommes. Je crois que même si je la forçais à aller dans un couvent contre son gré, elle trouverait un moyen d’y échapper… Rectification : elle trouverait quelqu’un là-bas. C’était l’un des traits de son caractère que je détestais particulièrement, celui pour lequel je m’énervais si facilement. Je ne comptais plus le nombre de ses prétendants que j’avais fait fuir, directement ou indirectement. Et pourtant, ils continuaient de revenir, comme des insectes, toujours plus nombreux. Et elle, elle acceptait cette situation. Ou plutôt, elle la provoquait. Pourquoi devait-elle rendre tout aussi difficile ? Aish, rien que d’y penser me donner des envies de meurtre. Je passais une main dans mes cheveux ébouriffés, avant de redescendre avec jusqu’à la poche arrière de mon pantalon. J’avais littéralement sa vie entre mes mains non ? « Je crois que tu n’iras pas bien loin sans ça ». Je sortis le portable, et le montrais nonchalamment aux yeux de ma sœur. Je le secouais dans tous les sens, comme pour montrer que j’étais en position de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 12/10/2012
Messages : 402
Avatar : Hyorin l'impératrice. ♥
Alice : Manipulation des sentiments.
Classe : Deuxième année.

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Lun 15 Avr - 20:18

Yes, I remember.


Décidément, je ne serais jamais tranquille, à chaque fois j’étais dérangée. Des fois, mes nombreuses conquêtes venaient me rendre visite et pour une fois qu’il n’y avait personne : c’était Gaël qui était là. Il débarquait à chaque fois quand je n’avais pas envie de voir sa tête. J’avais envie de lui dire qu’en réalité mon attitude avec lui, n’était que de la comédie. Je ne pouvais pas lui dire, j’aimais bien m’engueuler avec lui, moi, folle ? Oui et je l’avoue, je préfère qu’on se déteste, comme cela il risquerait de m’oublier et chacun sera heureux de son côté. Il est vrai que se remarquer sur mon poids ne m’avait pas plu, déjà que je complexais énormément sur ma taille alors s’il se mettait à me faire des remarques sur mon poids, j’allais vraiment l’expulser sur Pluton. En plus, j’étais vraiment petite comparer à lui, du haut de mes 1m63, je n’avais pas de quoi faire ma fière. Heureusement que les talons existaient, sinon j’aurai été dans le caca. Gaël adorait me provoquer et il savait que je m’emportais facilement, je ne faisais pas le poids contre lui. Il avait toujours réponse à tout ce mec. Maintenant que j’y pensais, il m’avait peut être suivis ? Il m’aimait tant que cela pour me suivre partout. Il dégageait mon main car, j’avais essayé de la saisir par le col, mais je suis une fille. Je n’avais pas beaucoup de force. Gaël remettait son t-shirt en place, pire que les filles. Il m’énervait, je le détestais… Pourquoi a-t-il fallu qu’il soit lui aussi à l’Académie Alice ? « Ouh, j’ai peur » Dit-il en rapprochant son visage du mien. Il se foutait de ma gueule là. Et après, il se plaint que je l’envoi balader à chaque fois ? Pour une fois, je ne lui répondis pas, j’allais tout simplement essayer de me calmer. « Et qu’est-ce que tu vas faire ? Appeler ton harem ambulant ? » Mon harem ambulant ? Il me désespérait, qu’est-ce que j’allais faire ? Lui sortir les quatre vérités, tout simplement. Encore une fois je me tus, je le laissais parler. « Ils doivent sûrement être tous dans ta chambre en train de t’attendre, n’est-ce pas ? » Et alors, qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? J’eus un sourire en coin et lui sortit en mettant mon gilet : « Tu es jaloux, c’est ça ? » Je savais qu’il était jaloux, mais aussi très protecteur. Je me rapprochais de lui tout en posant ma main sur sa joue et dit : « Gaël, je sais que tu m’aimes, que tu m’adores et que tu ne pourrais pas vivre sans moi. Mais, arrête de me suivre partout. J’ai l’impression d’avoir un toutou avec moi. » Dis-je sur un ton provocateur, il voulait me pousser à bout ? C’était réussi, enfin à moitié. Je retirais ma main et me colla à lui, je voulais le provoquer au maximum : « Ecoute Gaël, retourne là-bas et laisse-moi tranquille. Mêle-toi de tes affaires compris ? » Je lui fis un sourire hypocrite, puis je commençais à partir, je commençais à fouiller dans mes poches et comprit que je n’avais plus mon portable. Je me retournais et vit qu’en fait, c’était Gaël qui l’avait. « Je crois que tu n’iras pas bien loin sans ça » Dit-il, il le secouait dans tous les sens. Je touchais mes cheveux, tout en recoiffant ma frange et m’approcha à nouveau de lui. Je soupirais et tendis la main : « Putain, t’es chiant comme mec. Rends-le-moi tout de suite. »
MADE BY BREATH

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code belladone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 30/12/2012
Messages : 36
Avatar : Park Jae Beom ♥
Alice : explosion
Classe : troisième année à l'université

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Mar 16 Avr - 18:52

Jaloux ? Sûrement pas. Enfin je crois. Mais je ne me l’avouerais jamais. Comment se faisait-il que ma propre sœur ne m’accorde même pas 1% de sa bonne humeur et de sa gentillesse, dont je savais qu’il lui restait des résidus, quelque part à l’intérieur. Je connaissais d’autres personnes, enfin plutôt une en particulier, à qui je voulais qu’elle ressembla rien qu’un peu. Malheureusement, plus je voyais Eileen, moins j’avais d’espoir de la voir revenir à la gentille petite fille qu’elle était il n’y avait pas si longtemps que ça. À présent, je ne pouvais que cogiter sur ce qui avait bien pu lui arriver pour qu’elle en vienne à se comporter comme elle le faisait à présent. Eileen colla sa main à ma joue, et si j’avais bien écouté sa phrase, elle venait de me traiter de chien. Charmant. Oui, oui, cette fille était bien ma sœur. Elle voulait que j’arrête de la suivre ? Impossible. Pas tant que serait vivant. La fille qui se tenait devant moi, qui se comportait comme une peste avec moi, c’était ma dernière famille. J’avais beau la détester par moment, rien ne pourrait m’empêcher de la suivre jusqu’au bout du monde. Je m’étais promis de la protéger, et je n’avais aucune intention de rompre cette promesse. Je ne l’écoutais qu’à moitié, lorsqu’elle commença à partir, et qu’elle remarqua finalement l’absence de son portable. Oh. Mon. Dieu. Cela devait être une catastrophe pour elle. Je continuais à la narguer en secouant l’appareil dans tous les sens. La jeune fille s’approcha à nouveau de moi finalement, tout en recoiffant ses cheveux. Elle tendit sa main, dans l’attente que je lui redonne de manière pacifique son portable. Tss. « Putain, t’es chiant comme mec. Rends-le-moi tout de suite. » Je secouais la tête de gauche à droite, en signe de désapprobation. « Je ne suis pas chiant. Figure toi que j’ai trouvé cette saleté gisant par terre. Tu es sûr que c’est le tien d’ailleurs ? » Dis-je d’un air particulièrement niais, sachant pertinemment que la réponse serait positive. Et très agressive. Je reculais de quelques pas. Cette situation me rappelait notre enfance. Il y avait un temps où nous nous entendions bien. Il y avait un temps où nous nous amusions ensemble après l’école, sans personne pour nous en empêcher. Nous étions tellement bien qu’il nous arrivait de rentrer tard à la maison. C’était toujours Eileen qui se faisait engueuler par nos parents, évidemment. Ils avaient une dent contre elle, pour une raison qui m’était totalement inconnue. Enfin bref, cette situation me replongeait dans une époque lointaine. Et le peu d'anglais dont je me souvenais me revenait en mémoire. « Catch me if you can » Annonçais-je, avec un parfait accent anglais. Car si je ne parlais pas cette langue, ma prononciation quant à elle n'avait rien à envier à un natif. En attendant, à chaque seconde qui passait, je m'éloignais un peu plus physiquement d'Eileen. Et lorsqu'elle se mit à courir après moi, je suivis le mouvement, évidemment. Le problème qui allait survenir la concernant, dans cette situation, c'était qu'à force d'effectuer des missions pour le compte de l'Académie, et à force de mes entraînements, j'étais beaucoup mieux préparé qu'elle pour courir pendant une très longue durée. Il fallait voir si c'était son cas. Ou si j'allais me laisser faire, comme lorsque nous étions encore des enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 12/10/2012
Messages : 402
Avatar : Hyorin l'impératrice. ♥
Alice : Manipulation des sentiments.
Classe : Deuxième année.

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Mer 17 Avr - 20:12

Yes, I remember.


Je ne savais plus trop quoi penser de la relation que j’avais avec Gaël. Certes, c’était mon frère, mais par moment j’aimerais bien qu’il disparaisse. Pourquoi il me protégeait tout le temps ? Il ne comprenait pas qu’il commençait à m’étouffer ? Je ne pouvais plus rien faire depuis qu’il était là, enfin non. Je pouvais faire ce que je voulais, sauf quand il y a, soit des hommes ou que je porte des tenues qui attire l’homme etc. En fait, rien. En plus, le directeur me faisait rire. Il voulait absolument qu’on arrête de sa chamailler et qu’on soit proche comme avant. Mais, il n’a jamais connu l’époque où j’étais gentille, c’est-à-cause de mes vrais parents que je suis comme cela. Lui aussi, je le détestais. Il se croyait pour le roi du monde, vivement que je parte de cette académie. Au moins, je ne verrais plus sa face quant à celle de Gaël, je ne sais pas. Je crois que ce serait la seule personne qui me manquerait, et c’est tout. Je soupirais encore une fois, avant de regarder froidement Gaël. Il secouait la tête de gauche à droite. Je comprenais bien qu’il ne comptait pas me le rendre tout de suite. « Je ne suis pas chiant. Figure toi que j’ai trouvé cette saleté gisant par terre. Tu es sûr que c’est le tien d’ailleurs ? » Je ne pris même pas la peine de répondre tellement qu’il m’énervait. Il avait envie de jouer, comme quand nous étions enfants. Je n’avais pas envie de jouer maintenant, surtout pas avec lui. Je voulais absolument mon portable. « Catch me if you can » Je pris un air étonnée, depuis quand il savait parler anglais ? Lui, Kwon Gaël ! Je fis des pas assez rapides (on aurait presque dit que je courrais), pour essayer de reprendre mon portable, sans succès. Puis, ce crétin se mit à courir ; what the fuck ? Il n’a pas cru que j’allais lui courir après … ? Mais, je n’avais pas le choix : il avait toute ma vie (après les hommes) entre ses mains ! Il connaissait évidemment mon code ; vu que c’était ma date de naissance. Il avait découvrir mon fameux fond d’écran et tout le reste de mes photos. Vous allez me demander ce qu’était mon fond d’écran ? Eh bien, c’est nous deux petit. C’est une des rares photos que j’ai de lui et moi, en plus Gaël me faisait un gros câlin dessus. Quant à moi, je souriais bêtement. « Tu n’as pas intérêt à regarder les photos, sinon je t’achève Gaël ! » Comment se griller en même pas trente secondes ? Au moins, c’était sûr qu’il avait y jeter un coup d’œil. Eileen, tu connais le chemin. J’étais déjà épuisée, il courait trop vite. Je venais de courir tout à l’heure, c’est grâce à ces missions ou je ne sais plus trop quoi qu’il coure aussi vite. Quand nous étions enfants, il se laissait toujours faire. Mais là, vu comment notre relation à changer, cela m’étonnerait qu’il se laisse faire. J’étais fatiguée, mes jambes tremblaient. « Gaël, arrête toi ! » Dis-je en m’arrêtant. Je mis mes mains sur mes jambes, il s’était lui aussi arrêter. Je me mis à courir pour le rejoindre, sauf que mon pied glissa. J’étais prête à me casser la figure comme un caca devant lui, mais je réussi à me rattraper en passant mes bras autour de la taille de Gaël. J’étais en train de lui faire un câlin. Enfin, je m’étais juste servi de lui pour ne pas tomber. Je venais d’abandonner l’idée de me montrer méchante avec lui, j'allais tout simplement me montrer gentille. Mais c'est juste parce que je suis fatiguée, hein. Je serais mes bras tout en disant doucement : « Serre-moi dans tes bras, comme tu faisais quand on était petit. » Dis-je en m’écartant un peu de lui, un petit sourire apparu sur mon visage.
MADE BY BREATH

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code belladone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 30/12/2012
Messages : 36
Avatar : Park Jae Beom ♥
Alice : explosion
Classe : troisième année à l'université

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Sam 20 Avr - 19:05

La course poursuite continuait depuis quelques minutes déjà. Pas une seule goutte de sueur, pas de souffle irrégulier. Mon entraînement me servait bien. Dans l’état de fatigue où je me trouvais, je pensais que j’allais tenir beaucoup moins longtemps. Comme quoi, une partie de moi était totalement habituée aux automatismes. Ce n’était pas plus mal. Pendant ce temps-là, ma chère sœur n’arrivait toujours pas à réduire la distance qui nous séparait, ne serait-ce que d’un petit mètre. Eileen avait l’air de vraiment tenir à son portable, je ne l’avais jamais vu courir autant, et aussi vite. J’étais sûr à 200% qu’elle allait bientôt succomber de fatigue. Rappelons qu’elle venait tout juste de terminer son propre échauffement, et qu’il était très tôt le matin. Plus particulièrement, elle semblait vouloir éviter à tout prix que je ne jette un coup d’œil au contenu de son téléphone. « Tu n’as pas intérêt à regarder les photos, sinon je t’achève Gaël ! » Elle n’arrêtait pas de me répéter de ne pas regarder les photos, et de proférer des menaces … inutiles on va dire, pour ne pas être méchant. Why ? Pendant que je continuais mon petit footing, je me laissais tout de même tenter à le débloquer. Je connaissais son mot de passe évidemment. Je connaissais tous ses mots de passes. Ils étaient tellement faciles à deviner, même pour moi qu’elle voulait tenir à tout prix éloigner de sa personne. J’allumais finalement l’écran et entrais le fameux mot de passe. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque quelques secondes plus tard, je découvrais en fond d’écran une photo de nous deux. Une photo de notre enfance, où nous avions l’air tellement heureux. Je reçus un certain choc en voyant cette image, je ne m’y attendais absolument pas. J’aurais compris qu’elle mette sa célébrité favorite ou son copain du moment en fond d’écran. Mais nous … ? Je m’arrêtais brusquement, oubliant complétement que si je le faisais, Eileen allait sans aucun doute s’énerver et me frapper pour lui avoir pris son portable. Mais mon esprit semblait complétement déconnecté. Pourquoi avait-elle cette photo en fond d’écran ? C’était absolument incompréhensible et inconcevable.

Je ne compris pas très rapidement que Eileen venait de s’écraser dans mes bras, et qu’elle était en train de m’enlacer, pleine de sueur après le footing forcé que je l’avais obligé à effectuer. Au début maladroite, son étreinte se resserra. Pour la première fois durant cette matinée, j’entendis une voix douce et posée me parler : « Serre-moi dans tes bras, comme tu faisais quand on était petit. » Lorsque je relevais la tête, je vis un léger sourire apparaître sur son visage, qu’elle enfouit dans son étreinte. Je ne l’avais pas vu me sourire de cette manière depuis bien longtemps. Et d’ailleurs, je crois qu’elle ne m’avait encore jamais pris dans ses bras depuis que nous étions arrivé à l’Académie. Comment étais-je censé réagir ? Tout était si confus. Sûrement pas la rejeter évidemment, cela aurait été stupide de ma part, surtout que c’était un moment que j’avais attendu depuis si longtemps. Elle avait fait un pas en avant, c’était déjà ça. Je ne savais pas quand un tel moment se reproduirait, alors il fallait en profiter, non ? Je lui rendis son étreinte, et caressais doucement ses cheveux avec ma main. Nous restâmes pendant longtemps comme cela, sans bouger d’un seul pas. D’ailleurs, le soleil commençait finalement à pointer le bout de son nez. Encore une première. Je n’avais jamais assisté à un levé de soleil en compagnie d’Eileen. Je la lâchais finalement, et lui fourrais son portable dans l’une de ses nombreuses poches. Puis, je m’étendis par terre, sur l’herbe fraîche du stade. « Pourquoi est-ce que tu te comportes comme ça Eileen ? J’ai beau me creuser la tête, je n’arrive pas à comprendre. Est-ce que tu pourrais m’expliquer ? » Je soupirais. « Si tu trouves que je suis un pot de colle et que j’empiète trop sur ta vie privée, soit. Mais je n’aurais pas à le faire si tu te comportais mieux, et si je te savais tout le temps en sécurité. »


Dernière édition par Kwon Gaël le Jeu 25 Avr - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 12/10/2012
Messages : 402
Avatar : Hyorin l'impératrice. ♥
Alice : Manipulation des sentiments.
Classe : Deuxième année.

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Sam 20 Avr - 22:04

Je me demandais qu’elle allait être sa réaction quand il verrait mon fond d’écran. Cela faisait longtemps que je l’avais et je ne voulais pas le changer. Cela me rappelait de bon souvenir, mais des mauvais aussi. Cela me faisait penser à mon enfance difficile, j’ai vécu avec des parents qui ne m’aimait pas et qu’il me le faisait savoir. A l’époque, je n’étais aimé que de mon frère. J’étais tellement naïve que je faisais tout pour que mes parents m’aiment, mais aucun résultat. Puis vint ce fameux jour, ou j’ai été violé et frapper violemment par mes parents. C’est ce jour où mes parents perdirent le droit de me voir et de me garder. D’ailleurs, Gaël aussi était venu avec moi. C’est à partir de ce moment que j’ai enfin compris que mes parents ne m’aimeraient jamais. Du coup, j’ai tenté de les oublier. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser à ces moments où je me faisais frapper, insulter de tous les noms. Il venait de s’arrêter, il regardait surement mon portable. Il fallait que je songe à changer mon mot de passe, mais si je le changeais je ne m’en souviendrais pas. Et puis, moi je venais de lui dire de me sérer dans ses bras. Je m’attendais à ce qu’i les foute de ma gueule encore une fois. Mais non ! Il me serra dans ses bras pendant longtemps, cela me rappelait mon enfance. Il me serait tout le temps dans ses bras quand je pleurais. C’est-à-dire, tout le temps, principalement à cause de mes parents. Ils m’avaient pourri mon enfance, des fois j’entendais des élèves parlaient de leurs super enfances, alors que moi, pas de commentaires. Je souffre assez comme cela. Le soleil apparu enfin, tant mieux car je commençais à avoir froid. Nous nous lâchâmes enfin, au final il me rendit vite mon portable en le mettant dans une de mes poches. C’était la première fois que je me montrais si gentille et attentionner avec lui. Gaël fini par s’allonger dans l’herbe en me disant : « Pourquoi est-ce que tu te comportes comme ça Eileen ? J’ai beau me creuser la tête, je n’arrive pas à comprendre. Est-ce que tu pourrais m’expliquer ? »Pourquoi je suis devenu comme ça ? Je ne sais pas moi-même, j’allais aussi m’allonger avec Gaël dans l’herbe. Je mis ma tête au niveau de son épaule et soupira : « Tu veux que je te dises ? Je ne sais pas. Enfin, tu sais depuis que je suis rentrée à la maison toute seule et que j’ai croisé cet homme. Je veux leur pourrir la vie, je sais qu’ils ne sont pas tous comme cela. Mais je veux leur faire payer, c’est pour ça que je suis devenu comme cela. » Dis-je, en fait je ne savais pas pourquoi. Je voulais juste les voir s’engueuler, se détruire eux-mêmes. Mais, je ne voulais pas perdre mon frère. C’est pour cela qu’il faudrait que je songe à me caser avec un homme. « Si tu trouves que je suis un pot de colle et que j’empiète trop sur ta vie privée, soit. Mais je n’aurais pas à le faire si tu te comportais mieux, et si je te savais tout le temps en sécurité. » Il voulait me protéger, c’était ça son rôle. Je me redressais pour me mettre au-dessus de lui et dit : « Tu es un gros pot de colle, tu m’étouffes et tu es chiant, mais tu es quand même mon frère et je t’aime comme tu es. Même si je ne le montre pas forcément. » Je repris mon souffle et continua : « Tu veux que je fasse quoi pour que tu arrêtes de me surveiller vingt-quatre heure sur vingt-quatre ? » Je connaissais déjà la réponse, mais je voulais l’entendre de sa propre bouche. Je me rallongeais à ses coter et sortit mon portable. Je tournais ma tête vers lui et dit en souriant : « Viens, on fait une photo souvenir ! » Je lui piquais son portable , le déverrouillas et mit l’appareil photo : « Souris à 3. 1, 2,3 ! » Une fois la photo prise, je la mis en fond d’écran. Comme cela, il se rappellera toujours de ce jour où je lui ai fait un câlin pour la première fois. Enfin, dans l’Académie.

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code belladone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

A Gakuen Alice depuis le : 30/12/2012
Messages : 36
Avatar : Park Jae Beom ♥
Alice : explosion
Classe : troisième année à l'université

MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   Jeu 25 Avr - 18:58

Eileen s’était installée à son tour à mes côtés sur l’herbe, en appuyant sa tête sur mon épaule. Cela faisait bien longtemps que je n’avais eu une telle proximité avec ma propre sœur. À vrai dire, si les personnes à l’académie ne savaient pas que nous étions la fratrie du directeur, ils ne sauraient même pas que nous avions un lien de parenté entre nous. Nous avions évolué tellement différemment dans cette académie, que les seules choses qui nous restaient en commun étaient notre amour fraternel et notre légère ressemblance physique. Ma jeune sœur soupira, avant de me répondre. « Tu veux que je te dises ? Je ne sais pas. Enfin, tu sais depuis que je suis rentrée à la maison toute seule et que j’ai croisé cet homme. Je veux leur pourrir la vie, je sais qu’ils ne sont pas tous comme cela. Mais je veux leur faire payer, c’est pour ça que je suis devenu comme cela. » Je soupirais. Elle avait été tellement blessée par les hommes, il est vrai que je ne prêtais pas tellement pas attention à ce point parfois. À chaque fois que j’y pensais, je ne pouvais absolument pas contenir ma rage. Il m’était souvent arriver « d’exploser » littéralement et au sens figuré durant mes entraînements, sans que je puisse rien faire. Alors il ne me restait plus qu’à enfouir cette histoire, car sinon, je n’en aurais jamais vu la fin. Eileen tenait cette rancune si férocement en elle que je me demandais si elle allait s’atténuer d’une quelconque manière un de ces jours, car ce sentiment allait sûrement finir par la détruire de l’intérieur. D’ailleurs, son comportement avec les hommes contribuait à l’enfoncer un peu plus dans les ténèbres de ces sentiments malsains. J’étais l’un des mieux placés en ce qui concernait les périodes sombres et les sentiments forts et difficiles à supporter, et je savais bien qu’un jour, tout ceci lui sauterait au visage, sans qu’elle puisse réagir. Peut-être allait-elle le remarquer assez tôt, peut-être pas. En tout cas, je ne pouvais que essayer de la raisonner, c’était l’unique moyen qui me restait pour ne pas perdre le dernier être précieux qu’il me restait dans cet académie, et sur cette terre. Sa perte me rendrait tellement fou, que je n’osais même pas m’aventurer à y penser. Je ne répondis pas à Eileen sur ce qu’elle venait de me dire. Après tout, que pouvais-je y répondre ? Elle devait se rendre compte par elle-même qu’il fallait qu’elle se sorte de cette torpeur. Ma jeune sœur se redressa pour se mettre sur moi, et enchaina « Tu es un gros pot de colle, tu m’étouffes et tu es chiant, mais tu es quand même mon frère et je t’aime comme tu es. Même si je ne le montre pas forcément. » Je ne manquais pas d’esquisser un sourire du coin des lèvres en entendant cette déclaration de sa part. Je savais bien qu’elle m’aimait, quelque part au fond d’elle. Mais il m’arrivait souvent d’en douter, au vu de son comportement. Ses paroles me rassuraient quelque peu, même si je savais déjà cela, au fond de moi. « Tu veux que je fasse quoi pour que tu arrêtes de me surveiller vingt-quatre heure sur vingt-quatre ? » Cette fois-ci, c’était à mon tour de soupirer, et de lever les yeux au ciel. « Je voudrais bien que tu grandisses un peu, et que tu commences à te comporter comme l’adulte responsable que tu devrais être. Que je ne te retrouve pas chaque jour ou soir avec un homme différent, que tu connais à peine. Je voudrais que tu deviennes plus sérieuse pour que j’évite de m’inquiéter pour ma petite-sœur vingt-quatre heures sur vingt-quatre, que je n’aie pas à vérifier que tu sois bien rentré chez toi après une soirée alcoolisée. Quoique … je ne serais peut-être pas capable d’arrêter de m’inquiéter pour toi, je suis quand même ton grand-frère, évite de l’oublier. Mais au moins, si je savais que tu es en sécurité, je pourrais peut-être te lâcher un peu. » J’espérais simplement qu’elle ne prenne pas mal ce que je venais de dire. Après tout, il s’agissait simplement de mes pensées, et j’étais ravi de les partager avec ma sœur sans aucun cri et dans aucune bagarre. C’était d’ailleurs inhabituel que nous tenions une conversation si longtemps sans commencer à s’agresser mutuellement. J’espérais bien que cela allait devenir une bonne habitude entre nous, mais comme on dit, l’espoir fait vivre n’est-ce pas. Eileen se rallongea à mes côtés. Elle tourna sa tête vers moi avec un grand sourire « Viens, on fait une photo souvenir ! » Elle me piqua facilement mon téléphone portable, et le débloqua tout aussi simplement. Il fallait que je change mon code un de ces jours … « Souris à 3. 1, 2,3 ! » Je n’eus le temps que d’esquisser un léger sourire, étonné par la rapidité de ses actions. Lorsqu’elle me rendit mon portable, je vis qu’elle avait mis la photo en fond d’écran. Une photo qui rendait parfaitement compte de la situation. Je souris et fourrais mon portable à nouveau dans la poche où il se trouvait avant qu’Eileen ne l’attrape. Pour une fois dans cette académie, la journée s’annonçait parfaite. Je n’allais pas l’oublier de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Yes, I Remember. ❞ - ft. kwon gaël.‏ ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» FINLEY JUDAS LEVY-EYNSFORD ⊱ ❝ you jump I jump, remember ? ❞
» 03. Boy, one day you'll remember me !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Alice ::  :: R.I.P.-